Revenir au site

Le Comité Jacquet : symbole de la résistance héroïque des Lillois

La statue Lille à ses fusillés, un monument chargé d'histoire

Si vous allez à la Citadelle de Lille, vous pouvez apercevoir juste à son entrée au niveau du square Daubenton un imposant monument plein de solennité : la fameuse statue des fusillés de Félix-Alexandre Desruelles.

Le monument appelé "Lille à ses fusillés" représente 5 héros lillois de la première guerre mondiale. Les quatre personnes debout à gauche sont membres du comité Jacquet et l'homme à terre est le jeune Léon Trulin, dont vous pouvez retrouver l'histoire dans un autre de nos articles "Leon Trulin, le jeune belge devenu héros lillois". Attachons-nous de parler des hommes qui se tiennent à ses côtés. Qui sont-ils ? Pourquoi ces 4 hommes ont été fusillés ce fameux 22 septembre 1915 ? Peu de Lillois connaissent l'histoire du comité d’Eugène Jacquet et pourtant il gagne à être connu tellement l'héroïsme de ses membres est remarquable.

monument les fusillés de Lille De gauche à droite : George Maertens, Ernest Deceuninck, Sylvère Verhulst, Eugène Jacquet et Léon Trulin à terre

Le monument "Lille à ses fusillés" en 2020

De gauche à droite : George Maertens, Ernest Deconninck, Sylvère Verhulst, Eugène Jacquet et Léon Trulin à terre

Les patriotes de l'ombre

📅 Le 13 Octobre 1914, Lille est obligé de capituler face aux allemands. Cependant un réel problème se pose : il faut absolument faire sortir 1500 soldats de Lille au plus vite ! Obligés de se cacher chez les habitants, ces soldats sont extradés petit à petit par le Comité de recours aux soldats cachés. Et c'est Eugène Jacquet, un marchand de vin qui prend la tête du Comité accompagné de Georges Maertens un commerçant, Ernest Deconninck un lieutenant et Sylvère Verhulst un ouvrier. Ensemble, ils font évader de nombreux soldats britanniques de Lille et espionnent l'ennemi.

📅 Le 7 Juillet 1915, un évadé nommé Louis Richard est capturé par les allemands. Lors de son interrogatoire, il dévoile l'existence du Comité. Bien évidemment il révèle les noms, les processus d'évasion et autres secrets, ce qui fait l'affaire des policiers allemands. Aussitôt, Georges Maertens, Ernest Deceuninck, Sylvére Verhulst, Eugéne Jacquet et sa fille sont arrêtés. Les allemands perquisitionnent le domicile d'Ernest Deceuninck et trouvent des documents compromettants. Ces derniers précipitent les hommes de l'ombre vers un procès.

📅 Le 9 août 1915, jusqu'alors incarcérés à Anvers, les quatre membres du Comité Jacquet sont renvoyés à Lille. Ils comparaissent le 16 et 17 septembre devant un conseil de guerre. Eugène Jacquet est alors condamné à mort, il demande grâce pour ses compagnons sur ces mots : « J'ai agi selon la loi de ma conscience, dans la plénitude de mes droits et de mes devoirs de citoyen français. Je ne regrette rien de ce que j'ai fait et je ne crains pas la mort. Je ne demande qu'une grâce : que la vie de mes compagnons soit épargnée ». Les allemands n'en épargnent aucun...

📅 Le 22 Septembre 1915, ils sont fusillés dans un fossé de la citadelle. Ils refusent de mourir les yeux bandés et "Vive la France", "Vive la République", "Vive la liberté" et "Vive la Belgique" seraient les derniers cris de ces compagnons héroïques. Un avis à la population (image ci-dessous) est diffusé dans toute la ville pour servir d'avertissement aux Lillois.

lille avis d'execution du comité jacquet le 22 septembre 1915 à la population (image ci-dessous) est diffusé dans toute la ville pour servir d'avertissement aux Lillois.

La monument des Fusillés, une statue hommage hautement symbolique

📅 31 Mars 1929, l'oeuvre de Felix-Alexandre Desruelles est inaugurée. Elle fait écho aux nombreux projets de monument aux morts déployés dans Lille pour rendre hommage aux héros de guerre. La statue des fusillés lillois représente la scène d’exécution du Comité Jacquet, dos au mur regardant leurs bourreaux droit dans les yeux, à laquelle s'ajoute le jeune Léon Trulin effondré à terre. Ce résistant belge a été fusillé à la Citadelle de Lille le 8 novembre 1915 pour espionnage. La statue présente donc un étonnant anachronisme puisque Léon Trulin est en fait le dernier des cinq à être fusillé.

📅 Malheureusement en août 1940, les allemands détruisent à coups de pioches les têtes et les jambes de ce monument qu'ils voient comme un affront. Signe fort : ils ne prennent pas la peine de le détruire entièrement laissant la posture de défiance hautement symbolique des 4 résistants bien visible. Il faudra tout de même attendre 1960, pour que l'épouse du sculpteur en personne, Germaine Oury-Desruelles, reconstruise le monument à l'identique jusqu'au détail des moustaches d'Eugène Jacquet.

Ci-dessus : monument original photographié en 1933 par Ernest Capin

Ci-dessous : monument fortement endommagé par les allemands en 1940

lille a ses fusillés : monument avec 4 statues debout et 1 au sol. Ici après destruction partielle par les allemands en 1940

Anecdotes :

  • Avant la première guerre mondiale, Eugène Jacquet était secrétaire de la fédération du Nord de la Ligue des droits de l'Homme.
  • Eugène Jacquet a été arrêté plusieurs fois par les allemands mais faute de preuves, il était relâché à chaque fois, tout comme son épouse Geneviève Jacquet.
  • Il y a une rue Eugène Jacquet dans le quartier Saint Maurice-Pellevoisin.

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les articles en avant-première. C'est simple : indiquez votre adresse e-mail ci-dessous.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK