Revenir au site

Le tramway de Lille en 13 dates

Petite chronologie d'un réseau légendaire

L'histoire du tramway à Lille est passionnante. Pionnière dès le 19ème siècle, la ville a compté plus de 20 lignes en exploitation qui permettaient aux Lillois de se déplacer facilement de quartier en quartier. 150 ans après, il ne reste plus que deux lignes en activité.

Pour bien comprendre l'épopée lilloise du tramway au cours des deux derniers siècles, il faut savoir que ce n'est pas un réseau mais deux réseaux distincts qui se sont côtoyés. Le premier réseau - le plus dense - sillonnait toute la ville et a totalement disparu aujourd'hui. Le second réseau reliait Lille-Centre aux villes au nord de la métropole (Roubaix, Tourcoing, Leers, Marquette-lez-Lille, Marcq-en-Baroeul) et est toujours actif sur le tronçon passant via le Grand Boulevard (plus connu sous le nom de "mini-tunnels"). Ces deux réseaux avaient deux différences majeures :

  • l'écartement entre les rails est différent : 1m44 pour le réseau urbain et 1m pour le réseau qui sortait de Lille
  • le réseau urbain partageait les rues avec les autres moyens de transport alors que le tronçon du Grand Boulevard était privatif et n'était emprunté par aucun autre mode de transport (voiture, cheval, vélo, piéton), ce qui permit d'ailleurs sa survie lorsque l'automobile envahit les rues des villes dans les années 50.

1874 : c'est le 7 juin que sont inaugurées les deux premières lignes de la Compagnie des Tramways du Nord (TN). La compagnie utilise alors une trentaine de voitures dont la traction est assurée par... 200 chevaux (traction hippomobile). Les deux lignes relient la gare Lille Flandres à la porte de Béthune (place Antoine Tacq) mais la ligne A passe par la rue Nationale tandis que la ligne B emprunte la rue Notre-Dame (aujourd'hui rue Gambetta). A l'avenir, toutes les lignes du réseau urbain prendront une lettre, allant jusque X.

le premier tramway de Lille était tiré par des chevaux

1875 : suite à des difficultés financières, les Tramways du Nord (TN) cèdent leur place aux Tramways du Département du Nord (TDN)

1880 : premiers essais de locomotives à vapeur Hughes puis de locomotives sans foyer Francq pour essayer de remplacer la traction hippomobile (coûts d'exploitation élevés, chevaux épuisés, voitures surchargées, trafic très lent). Ces nouvelles locomotives seront rapidement utilisées sur les lignes sortantes de la ville en complément des chevaux destinés aux trajets urbains.

Le tramway a été inventé par le New-Yorkais John Stephenson en 1832. Il construit alors la première ligne tirée à cheval entre Manhattan et Harlem.

1901 : le 20 mai, la TDN change de raison sociale et devient la TELB : Tramways Electriques de Lille et sa Banlieue. L'électrification des premières lignes sera d'ailleurs terminée en 1904.

1908 : ouverture de la première ligne départementale TELB entre Lille et Leers. Elle porte le nom de "ligne 2" alors même que la ligne 1 n'est pas encore ouverte. Il y aura 2 autres lignes à ce réseau : la ligne 5 et la ligne 7.

Pendant de très longues années, il n’y a pas eu d’arrêts fixes le long des lignes. Les tramways s’arrêtaient au niveau des grands carrefours ou des lieux fréquentés.

1909 : inauguration en décembre du Grand Boulevard reliant Lille aux deux plus grandes villes au nord de la métropole lilloise avec deux lignes de tramway "grande distance". Elles vont du boulevard Carnot de Lille à la Place de la Liberté à Roubaix (ligne 1) et à la Grand Place de Tourcoing (ligne 1bis), et ce via un trajet 100% dédié au tramway. Exploité par la compagnie Électrique Lille Roubaix Tourcoing (ELRT), ce réseau très moderne est surnommé le « Mongy », du nom de son créateur Alfred Mongy. Le trajet pour faire Lille-Roubaix ne dure désormais plus que 25 minutes au lieu d’une heure. Ces deux lignes sont toujours en activité et emprunte le même trajet.

1929 : en cette année de crise mondiale, le réseau urbain enregistre une année record en terme de fréquentation : 40.634.000 voyageurs. Le réseau est alors a son apogée en nombre de lignes exploitées.

Alfred Mongy est né le 21 mars 1840, à Lille dans le quartier de la Treille dans le Vieux-Lille.

1931 : des autobus sont testés sur six lignes mais l'essai n'est pas concluant. Seules 2 lignes sont conservées. Le réseau urbain compte alors plus de 160km de lignes.

1946 : l'après guerre rend aux tramways toute leur importance. La fréquentation bat un nouveau record avec 74 millions de voyageurs cette année là. A titre de comparaison, les deux lignes de métro actuelles transporte 110 millions de voyageurs chaque année.

Il est encore possible de monter à bord d'anciens tramways Mongy sur le parcours de la ligne touristique Marquette-Wambrechies

1956 : la Compagnie Générale Industrielle de Transports (CGIT) remplace la compagnie TELB dont la concession est échue. A cette époque, 91% du trafic est encore assuré par les tramways.

1966 : la forte augmentation du trafic automobile est fatale aux tramways du réseau urbain qui sont tous remplacés progressivement par des bus. Le dernier tramway (de la ligne "B") roulera le 29 janvier et sera remplacé dès le lendemain par un autobus.

1972 : après la ligne 2 et la ligne 5 en 1956, c'est la ligne 7 du réseau lillois longue distance qui est supprimée. Il ne reste que la ligne 1 et 1bis qui partent de Lille pour relier Roubaix et Tourcoing. Ces lignes prendront le nom de "ligne R" et "ligne T".

plan du tramway de Lille allant de la gare lille flandres a roubaix et tourcoing

1994 : après des années de travaux, les deux lignes de tramway R et T sont totalement fonctionnelles. Tout a été modernisé et changé... sauf les rails qui restent sur le système métrique. Et c'est surtout l'arrivée de nouvelles motrices de grande capacité qui va permettre au tramway de s'imposer comme un moyen de transport plébiscité par les Lillois avec plus de 10 millions de voyageurs transportés chaque année.

Vous prévoyez de venir passer quelques jours à Lille ? Laissez-vous guider par un de nos livres :

  • Un week-end parfait à Lille : les auteurs y partagent les adresses où ils adorent emmener les voyageurs qui viennent découvrir ou redécouvrir Lille. Petite particularité : ce livre prend la forme d'un parcours pas à pas, du vendredi soir au dimanche soir... Un peu comme une visite guidée sur mesure avec adresses, astuces et anecdotes que ce soit pour des lieux touristiques, des restaurants, des bars ou des boutiques.
  • Balade Street Art dans Lille : Ce bel itinéraire parcourt la capitale des Flandres principalement à travers les quartiers Moulins et Wazemmes. Elle emmène le promeneur à la découverte des endroits où les street-artistes et graffeurs s’expriment à Lille. Elle donne ainsi l'occasion d'admirer des fresques monumentales tout en essayant de dénicher les réalisations plus intimistes.
  • Visiter Lille : 50 choses à voir et à faire : A travers ses 130 pages, ce guide vous propose de découvrir les cinquante choses les plus importantes à voir ou à faire dans la capitale des Flandres : monuments emblématiques, lieux historiques, adresses insolites ou encore visites incontournables.

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les articles en avant-première. C'est simple : indiquez votre adresse e-mail ci-dessous.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK