Revenir au site

Le cinéma est arrivé à Lille en 1896 en salle... et en extérieur !

Moins de 4 mois après le dépôt du brevet par les frères Lumière

Le cinématographe a été inventé en 1892 par le Français Léon Bouly. Mais ce sont les Frères Lumière qui en déposent le brevet le 13 février 1895 et qui organisent la première projection publique payante le 28 décembre 1895, au salon Indien du Grand Café à Paris. Le cinéma est né et il ne faudra attendre que 4 mois avant qu'il arrive à Lille le 14 avril 1896.

Premières projections

Le mardi 14 avril 1896, pour la première fois dans l'histoire de la ville, une projection cinématographique a Lille. Bien entendu, à l'époque, les films ne durent pas plusieurs heures et ne racontent pas encore d'histoire. Ce sont généralement des courtes scènes de la vie quotidienne qui sont projetées, on appelle ça des "vues". Chaque scène dure moins d'une minute et il y a un temps d'attente entre chaque scène nécessaire pour le changement de bobine. Ce 14 avril, ce sont 9 vues qui sont diffusées. Elles font parties d'un catalogue très important qu'ont constitué les frères Lumière dès 1895 : 1428 vues seront ainsi tournées entre 1895 et 1905 afin d'être commercialisées. Au total, cette première séance dure 20 minutes : 11 minutes de présentation et 9 minutes de diffusion des vues. Une minute par vue : 50 secondes pour les images et 10 secondes pour la manipulation entre chaque vue. Techniquement, la projection est assurée par le responsable du poste, Étienne Thévenon, et son assistant, Maurice Mosse.

Cet événement historique sera relaté par la presse locale : à la une du quotidien Grand Écho du Nord (15 avril 1896), dans L'Égalité de Roubaix (19 avril 1896) et dans Le Réveil du Nord (22 avril 1896). Le cinéma lillois faisait ses premiers pas avec succès.

"Le spectacle est original et des plus curieux, nul doute qu'il n'obtienne, ici, comme partout ailleurs, beaucoup de succès."

Cette journée unique comprendra plusieurs séances. Elle se reproduira, avec d'autres vues, presque tous les jours jusqu'au 2 août 1896 attirant une foule considérable à chaque fois. D'ailleurs, il en est de même dans les 40 grandes villes d'Europe où les frères Lumière se sont installés en même temps qu'à Lille.

Ci-dessous : une des vues diffusées lors d'une séance à Lille

Le lieu où a eu lieu cette première séance officielle de cinéma à Lille est connu grâce aux journaux de l'époque. Il s'agit du 17 rue Esquermoise, occupé par la Brasserie de l'Industrie avant son déménagement au 9 de la même rue pour devenir la Grande Brasserie de l'Industrie puis un cinéma à part entière sous le nom d'Omnia en 1908. Pour pouvoir être un des premiers lieux à accueillir le cinématographe des Frères Lumière en France, la brasserie a signé une concession d'exploitation avec l'entreprise basée à Lyon.

Pourquoi dans un restaurant et pas dans une salle de spectacle ?

A l'époque et pendant tout l'essor du cinéma, ce sont en effet principalement les cafés, les brasseries et les estaminets qui accueillent "les spectacles cinématographiques" de façon temporaire ou de façon permanente. La raison est simple. Très fréquentés, les très nombreux cafés et restaurants se font une rude concurrence et tout est bon pour donner aux clients une raison de venir se distraire dans un établissement. Ce sera le même phénomène dans les années 1960 avec la télévision qui viendra s'installer dans des bars et restaurants et encore de nos jours dans les pubs et fast-foods qui diffusent en boucle des événements sportifs ou des chaines d'information.

Article à la une du quotidien Grand Echo du Nord du 15 avril 1896

lille cinema lumiere 1896 article a la une du grand echo du nord

Rendez-vous à la fête foraine

Si au cours de l'année 1896, le cinéma a fait ses premiers pas en "salle" à Lille, il les a aussi fait "en extérieur" à l'occasion de la fête foraine présente du 26 août au 28 septembre pendant la grande braderie annuelle. En effet, un des forains, Joseph Hénin, exploite sur son stand de 17 mètres un "Kinématographe" qui permet de diffuser aussi des vues animées. N'étant pas breveté comme celui des frères Lumière, il s'agit d'une évolution du Kinétographe et Kinétoscope d'Edison, permettant d'enregistrer et de diffuser des photographies donnant l’illusion du mouvement. Contrairement au système des frères Lumière, qui fournissait directement les petits films présentés, les forains pouvaient filmer et diffuser eux-mêmes des vues des villes où ils s'installaient, ce qui leur valu d'ailleurs quelques plaintes de spectateurs se retrouvant à l'écran sans avoir donné leur accord.

Les frères Lumière

photo des freres lumiere inventeur du cinematographe origine du cinema lille lyon

A savoir sur le cinéma à Lille :

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les articles en avant-première. C'est simple : indiquez votre adresse e-mail ci-dessous.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK