Revenir au site

Toutes les portes de Lille : détruites ou encore debout

Il y en a eu plus de vingt à Lille... seules six ont survécu !

L'histoire de Lille est très liée à ses portes de ville. Elles sont le reflet de son évolution démographique et de son glorieux passé fortifié. Il y en a eu plus d'un vingtaine depuis la fondation de Lille et seules six sont encore visibles.

Les portes primitives de Lille datent du 11ème siècle. Elles sont construites lorsque Baudouin V, comte de Flandre, décide de protéger les dix hectares de la ville, située aux alentours de l'actuelle place du concert, avec des remparts.

Vers 1900, époque où il y en avait le plus à Lille, on pouvait dénombrer 16 portes, dont 12 étaient reliées entre elles par des remparts d'allure homogène (trois étant intérieures à la ville ou à la Citadelle et une abandonnée). La ville était une réelle cité fortifiée adossée à la magnifique réalisation de Vauban. Personne ne pouvait entrer ou sortir sans passer par une de ses portes. Les noms de ces portes ont été généralement choisis en fonction des villes qu'elles desservaient via les routes qui quittaient la ville.

Les 12 portes permettant d'accéder à Lille en 1900 (en partant du nord, dans le sens des aiguilles d'une montre) :

  1. Porte de Gand (auparavant appelée porte de la Madeleine)
  2. Porte de Roubaix (auparavant appelée porte Saint-Maurice)
  3. Porte de Tournai (auparavant appelée porte de Fives, différente de l'ancienne porte de Fives)
  4. Porte Louis XIV
  5. Porte de Valenciennes
  6. Porte de Douai
  7. Porte d’Arras
  8. Porte des Postes
  9. Porte de Béthune (auparavant appelée porte d'Isly)
  10. Porte de Canteleu
  11. Porte de Dunkerque
  12. Porte d'Ypres (auparavant appelée porte Saint-André)

Les 4 portes présentes en 1900 mais ne servant pas à entrer ou sortir de la ville :

  1. Porte de Fives (différente de la nouvelle porte de Fives, devenue porte de Tournai)
  2. Porte de Paris (auparavant appelée porte des Malades ou porte des Lépreux)
  3. Porte Dauphine
  4. Porte Royale
lille portes remparts dessin de roland cuvelier

Les portes détruites avant 1900 suite à un agrandissement de la ville ou à une modification des tracés urbains :

  1. Porte de la Barre (auparavant Porte Sainte-Catherine, elle a connu deux emplacements suite à un déplacement en 1677)
  2. Porte de Béthune (auparavant appelée Porte Notre Dame et différente de la nouvelle porte de Béthune)
  3. Porte du Châtelain (qui permettait l'accès au castrum, lieu fortifié directement au sein de la ville)
  4. Porte de Courtrai (elle a connu deux emplacements suite à la construction du Château de Courtrai)
  5. Porte du Molinel
  6. Porte des Reignaux (auparavant porte de Dergneau)
  7. Porte Saint-Pierre (auparavant porte de Roez)
  8. Porte Saint-Sauveur
  9. Porte de Weppes

Les six portes encore visibles à Lille - et en parfait état pour cinq d'entre elles - sont:

  • La Porte Dauphine et la Porte Royale, toutes deux à la Citadelle qui "connectaient" cette dernière à la ville
  • La Porte de Gand et la Porte de Roubaix, à proximité des gares Lille Flandres et Lille Europe
  • La Porte de Paris, magnifiquement conservée, à côté de l'Hôtel de Ville de Lille
  • La Porte de Dunkerque, en mauvais état, en dessous de la Citadelle

L'histoire des portes de Lille est très liée à une autre histoire passionnante : le tramway de Lille, qui était omniprésent pendant près de 100 ans dans toute la ville.

Lille La Porte de Paris (anciennement Portes des Malades) est la plus majestueuses des portes encore existantes

La Porte de Paris (anciennement Porte des Malades) est la plus majestueuses des portes encore existantes

photo Seb Soltysiak

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les articles en avant-première. C'est simple : indiquez votre adresse e-mail ci-dessous.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK